Wilfred, tabassé avec son compagnon dans Paris par des homophobes, s'explique sur France 5 (vidéo)

Publié le 10 Avril 2013

 

wilfred-tabasse.jpg

 

 

Depuis dimanche, la photo de Wilfred de Bruijn fait le tour des réseaux sociaux et des médias. Avec son compagnon, il a été agressé par des jeunes, visiblement homophobes, dans la nuit de samedi à dimanche à 3h du matin dans le 19ème arrondissement après une soirée avec des amis. L'erreur, selon lui, est qu'il tenait son compagnon bras dessus dessous. Son seul souvenir : les insultes homophobes juste avant son agression, où sa tête a été frappée comme un ballon de foot...

 

 


En postant le cliché sur la toile, Wilfred a écrit : "Voici le visage de l'homophobie" afin de montrer aux internautes la violence faite aux homosexuels et le climat ambiant depuis plusieurs mois dans le pays. Selon lui, l'homophobie et de plus en plus importante en France depuis que les français contre le mariage homosexuels manifestent dans le pays. Après avoir parlé sur RTL et France Inter et avant de participer à l'émission "Le Supplément" de Canal + ce week-end, Wilfred était mardi soir l'invité d'Alessandra Sublet dans "C à Vous" sur France 5 où il est revenu sur cette agression et sur le débordement des manifestations anti-mariage pour tous qui conduisent beaucoup de français à devenir homophobes et à avoir une haine envers les gays : "Ce n'est pas Christine Boutin qui m'a fait ça samedi soir. Mais c'est elle qui tient des discours... On vomit sur les homos. D'abord, ça fait mal, ça change le regard sur nous. Alors qu'on aspire juste à l'égalité, à un peu d'humanité, c'est seulement cela. Certes il ne faut pas faire d'amalgames. Mais je crains que beaucoup de gens se soient mis dans un camp qui dépasse les limites." explique t-il.

 

 

 

Il explique que les homosexuels s'auto-censurent toujours et de plus en plus depuis les manifestations contre le mariage homosexuel qui se radicalisent de plus en plus : "Je me suis dit qu'il fallait montrer ça, ce n'est malheureusement pas un fait isolé. Nous on vit une homophobie quotidienne, je connais des milliers de garçons et de filles qui ne tiennent pas la main de leur ami ou leur amour, qui ne s'embrassent pas sur la bouche pour dire au revoir au train. On s'auto-censure toujours, sauf samedi, je ne l'ai pas fait."

 

 

 

Exclusifpeople.com vous propose de voir la séquence :