Véronique Genest : "Je suis traitée si je ne fais pas de bonne audience" !

Publié le 5 Janvier 2012

http://www.gala.fr/var/gal/storage/images/media/images/actu/photos_on_ne_parle_que_de_ca/veronique_genest2/1515878-1-fre-FR/veronique_genest_reference.jpg

 

 

L'actrice Véronique Genest qui joue le rôle de Julie Lescaut dans sa série policière se confie à 20Minutes.fr, et déclare être très triste que les séries américaines volent à la place des séries françaises. Véronique Genest en a assez de la pression des audiences TV et songe à arrêter sa série : 

 

 

 

Ça vous fait quoi que «Julie Lescaut» fête ses 20 ans?

Rien du tout. Moi personnellement j’ai toujours vingt balais! Juste l’impression qu’un mammouth a posé son pied sur mon lit. Mais j’aime ces séries qui vieillissent. Quand je regardais «Columbo» tous les mercredis après midi, cela alternait entre anciens et épisodes inédits. C’est pareil pour Julie, il y a des épisodes  qui passent dans lesquels j’ai trente ans, et d’autres où j’en ai cinquante. Je dis pas que c’est marrant de vieillir mais je regarde ma tronche et je me dis que je ne suis pas si mal.

 

«Julie Lescaut» a changé votre vie?

Ça l’a embellie. La série m’a offert la sécurité d’un travail, la sécurité financière. C’est un peu une manne céleste, genre t’as gagné au loto! C’est un confort de savoir que tous les ans on tourne. Mais je ne me suis jamais imaginée que ça allait continuer toujours. Ça pouvait s’arrêter. Je ne sais pas ce que ma vie serait devenue si mon père n’était pas mort, beaucoup de choses peuvent changer une vie, je ne suis pas devin.

 

Vous avez toujours choisi de vous exprimer en tant que Véronique Genest, d’exister au-delà de «Julie Lescaut»?

C’est de ma grande gueule dont vous parlez? Bah oui je ne suis pas Julie. J’ai un côté beaucoup plus fougueux. Et puis Julie faudra bien l’arrêter hein, je ne vais pas faire Mamie Lescaut. J’écris, je fais des pièces…

 

Oui, vous êtes très investie dans le théâtre…

Sauf qu’il y a une crise de la surpopulation théâtrale. Récemment, je me suis fait empapaouter au théâtre de la Gaîté par des gens qui veulent s’en mettre plein les fouilles et traitent les autres comme de la merde. Ils font de la multiprogrammation, du coup moi au lieu de 20h, je jouais à 21h passé. C’est scandaleux pour le public. Donc je prends mon temps pour ma prochaine pièce «Plein la vue».

 

C’est mieux en télé ?

Pfff… Là on est encore et toujours dans la dictature de la ménagère de moins de 50 ans. L’appât du gain, l’envie à tout prix d’être en tête, de faire plaisir à tout le monde tirent la production vers le bas. Alors on met à l’antenne des beaux mâles comme «The Mentalist». Je suis triste que les séries américaines aient pris un tel pas sur les séries françaises, que la télé-réalité prenne la place de la fiction, c’est un peu tragique.

 

C’est valable pour «Julie Lescaut»?

Bien sûr qu’on est aussi victime de cette tyrannie de la ménagère. Si vous saviez comme cela pèse quand on propose un scénario… Peut-être un peu moins sur les chaînes d’Etat, où la pub a été retirée. Car la publicité tire vraiment vers le bas.

 

Vous, vous pouvez agir là-dessus?

Moi? Je n’ai aucun poids. Je suis comme tout le monde. Je suis traitée comme une vieille chaussette si je ne fais pas la bonne part de marché! C’est un monde sans pitié, sans reconnaissance. Enfin, bon, c’est le monde du commerce. 

 

C’est dur ce que vous racontez…

L’audimat, on trouve cela toujours un peu dégueulasse mais à partir du moment où tout le monde est à la même enseigne… Et puis cela ne m’empêche pas de me bouger, de me bagarrer tout le temps. Même s'il y a des figures imposées dans« Julie Lescaut», cela reste très marrant et puis il y a d’autres espaces de création.

 

Lors de la dernière campagne présidentielle, vous aviez soutenu Nicolas Sarkozy…

Je ne voulais pas de Ségolène Royal. Je ne la pensais pas capable. Comme je ne pense pas Hollande capable. Je trouve la politique très grave en ce moment. Dans le contexte actuel, en dehors de Sarkozy, je ne vois pas qui pourrait faire mieux. Hollande nous parle de Mitterrand, il nous montre que le PS gère bien Paris. Mais moi je n’ai jamais vu Paris plus triste et morose que pendant les fêtes. Il n’y a pas un éclairage! C’est n’importe quoi. Pareil pour les écolos. On ne va pas faire crever les commerces et les gens de faim sous prétexte qu’on vote écolo. Ou alors faisons un vrai retour à la campagne, et vautrons-nous carrément!

 

 

Interview de 20minutes.fr

  suivez-nous.png logo-facebook-page.png logo-twitter-page.png