Valérie Trierweiler, première Dame de France : "Ce sera plus facile pour moi que pour Carla Bruni"

Publié le 7 Mai 2012

photos excuses

 

Nouvelle première Dame de France, Valérie Trierweiler voit sa vie basculer. Journaliste politique depuis toujours, la compagne de François Hollande y est désormais plongée jusqu'au cou. Interviewée par l'AFP, Valérie Trierweiler a confié : "C’est un peu comme si j’entrais dans mes papiers. Vous voyez ce film dans lequel le téléspectateur rentre et devient acteur ? C’est un peu la même sensation."

 

 

 

Son métier de journaliste politique l'a forcément familiarisé avec le pouvoir qu'elle connaît maintenant étant devenue première Dame de France : "Je connais la politique, je connais les médias, assure-t-elle. D’ailleurs, je pense que ce sera plus facile pour moi à l’Élysée que cela ne l’a été pour Carla Bruni. Elle venait d’un monde totalement étranger à celui de la politique. Elle n’en connaissait pas nécessairement les codes." Pas question d'emménager à l’Élysée avec François, le couple restera dans son appartement dans le XVe arrondissement bien qu'il ne soit pas approprié pour la fonction présidentielle : "Ça oblige à bloquer la rue, à contrôler tous les gens qui habitent dans l’immeuble, c’est compliqué !", nous explique t-elle.

 

 

 

Si Bernadette Chirac avait décrit la fonction de première dame comme une "maîtresse de maison de l’Élysée", Valérie Trierweiler ne partage pas le même avis et compte bien garder son indépendance car c’est une "valeur de gauche" qu’elle porte depuis toujours : "Cette vision ne correspond pas à notre époque, à ce qu’attendent les femmes, je veux garder mon indépendance, j'ai besoin de subvenir à mes trois fils. Je ne trouverais pas normal que ce soit l’État ou François qui les prennent en charge", déclare-t-elle.

 


suivez-nous.png
 logo-facebook-page.png logo-twitter-page.png