The Voice 2 / Ludivine Aubourg : "Grâce aux témoignages des gens, j'ai tenté l'aventure une deuxième fois"

Publié le 23 Mars 2013

LA.jpg

 

 

Éliminée lors de l'épreuve des battles de la première saison de "The Voice, la plus belle voix", Ludivine Aubourg a de nouveau tenté sa chance et est parvenue à se faire retourner les quatre coachs une deuxième fois. La jeune femme, qui a décidé de rejoindre l'équipe de Florent Pagny pour son retour dans le télé-crochet, affrontera sur le ring un autre talent de son équipe lors d'un prochain épisode des battles de "The Voice 2" diffusé le samedi soir sur TF1. En attendant, Ludivine Aubourg accorde une interview à "Closer.fr" dans laquelle elle revient sur les commentaires sur les réseaux sociaux et sur la suite de son aventure...

 

 

 

 

Vous voilà de retour pour une deuxième saison. Et encore une fois, les 4 coachs se sont encore retournés lors de votre audition à l'aveugle. Soulagée ?

Je suis tombée à genou à la fin tellement j'avais la pression. Dans ma tête, je m'auto-persuadée en me disant "ce n'est pas grave si personne ne se retourne". Quand j'ai vu Florent Pagny se retourner, j'ai été super heureuse. Ça m'aurait suffi. Quand j'ai vu les autres se retourner, la décharge d'adrénaline a été incroyable. C'est difficile de continuer à chanter à ce moment-là. Je l'ai vécu comme un truc complètement dingue. Plus que lors de la première saison.

 

 

 

Ça vous a rassuré sur votre talent, sur vos qualités artistiques ?

Je ne pense pas qu'on puisse définir le talent de quelqu'un aux goûts et aux couleurs de quatre personnes. J'ai vu cette année des auditions à l'aveugle sur lesquelles aucun coach ne s'est retourné et j'étais dégoûtée. Intrinsèquement au jeu, après, pour le coup, bien sûr je me suis dit "c'est super".

 

 

 

Florent Pagny a été le premier coach à se retourner. Il ne vous a pas reconnu. Comment l'avez-vous vécu ?

J'ai trouvé ça super. J'avais envie de revivre cette expérience d'une manière totalement nouvelle. Je sais que Florent pagny se retourne sur des talents à voix et lorsqu'il a buzzé je n'étais encore dans la partie douce de ma chanson. Il ne m'a pas reconnu. Je me suis dit que c'était une chance folle de recommencer à zéro. Si j'avais choisi Garou, les téléspectateurs se seraient dits : "bon il ne va pas la virer une deuxième fois".

 

 

 

Sur les réseaux sociaux, les commentaires ont été positifs comme négatifs. Vous comprenez les réactions des téléspectateurs ?

Évidemment. Je me suis dit la même chose quand Shine m'a proposé de revenir sur la saison 2. Mais je crois qu'il y a de la place pour tout le monde et je n'ai pas la prétention de dire que cette année je vais aller plus loin que l'année dernière. Mais, dans l'ensemble, les commentaires étaient extrêmement positifs. Je dis souvent que les commentaires positifs sont comme des petits portes bonheurs. C'est d'ailleurs grâce aux témoignages des gens que j'ai tenté l'aventure une deuxième fois.

 

 

 

On vous a senti très espiègle au moment de choisir votre coach. Surtout avec Garou. Une revanche ?

Avant d'y aller, tout le monde me questionnait sur ma réaction après ma deuxième audition à l'aveugle. Les quatre coachs se sont retournés donc j'étais évidement plus détendue. Puis Garou était hyper content. Ça m'a touché. J'avais envie de le taquiner. Évidemment (rires). 

 

 

 

Un mot sur les battles ?

Quel stress ! L'année dernière, les battles c'était ma bête noire. Le concept des battles me dérange profondément. Psychologiquement c'est très dur. C'est aller affronter quelqu'un alors que la musique c'est quelque chose qui se partage. L'année dernière, j'étais tombée contre une battante. J'avais peur de me retrouver contre quelqu'un qui avait le même profil cette année. Ce n'a pas été le cas.

 

 

 

Vous avez été coachée par Chimène Badi. Comment était-elle ?

(Elle hésite) Sur cette séance de coaching elle a presque été spectatrice. Je l'ai senti impressionnée par mon binôme et moi-même quand elle nous a entendus chanter la première fois. Au final, on a eu un échange assez fluide. Ça ressemblait plus à une réunion plus qu'à une vraie séance de coaching. Chimène Badi est vraiment adorable.

 

 

 

 

Propos recueillis par Benjamin Rabier pour Closer.fr