Suicide du médecin de Koh-Lanta : Découvrez la lettre d'adieu de Thierry Costa

Publié le 1 Avril 2013

ob 3be63a6c24893bb9c43e3a813dd9898b koh-lanta1-jpg

 

 

Le docteur Thierry Costa, médecin de l'émission "Koh-Lanta" depuis quatre saison, s'est suicidé sur l'île du Cambodge dix jours après le décès du candidat Gérald Babin, mort d'une crise cardiaque lors du premier jour du tournage de la seizième saison du jeu de survie diffusé sur TF1. C'est la production Adventure Line qui a annoncé la triste nouvelle ce lundi 1er avril via un communiqué : "Nous apprenons avec consternation que le docteur Thierry Costa s'est donné la mort aujourd'hui au Cambodge". (Lire notre article)


 

 

Madame Planchez, gérante du prestataire de soutien médical à l'étranger "Médiatic", dont Thierry Costa était un collaborateur, dévoile une lettre que ce dernier a écrite juste avant de se donner la mort : "Il a laissé une lettre dont il a souhaité qu'elle soit publique et je que je communique en accord avec sa famille", écrit-elle.

 

 

Voici la lettre de Thierry Costa : 

 

"Ces derniers jours mon nom a été salie dans les médias. Des accusations et suppositions injustes ont été proférées à mon encontre. Depuis 20 ans que j'ai débuté la médecine je me suis toujours attaché à travailler beaucoup, avec respect de mon patient et amour de la médecine, en adéquation avec le serment d'Hippocrate.

 

J'ai cette sensation aujourd'hui que tous ces efforts ont été réduits à néant par des articles mensongers. Je n'oserai plus croiser un regard en France sans que je me pose la question de savoir s'il est rempli de méfiance envers moi.


De la même façon, je suis certain d'avoir traité Gérald de manière respectable, comme un patient et non comme un candidat. Même si je regrette cette fin malheureuse, j'ai agi là aussi conformément au serment d'Hippocrate et entouré de vrais professionnels. Je lui souhaite de reposer en paix.

 

Je m'endors serein ce soir sans aucune rancoeur même contre les médias. Parce que devoir reconstruire cette réputation détruite me serait insupportable. C'est donc mon seul choix possible.
 

 

Merci à ceux qui m'ont entouré ces derniers jours.


Merci à tous que j'ai aimé d'une façon ou d'une autre dans ma vie.

 

Ne soyez pas tristes et pensez à ces bons moments que nous avons partagés.

 

Si j'avais une requête, ce serait que mon corps soit incinéré au Cambodge sans jamais reposer par la France.

 

 Ps : la lettre est publique.

Thierry"

 

 

 

TC1-copie-1.jpeg

TC2-copie-1.jpeg