Nicolas Sarkozy dévoile ses mesures "choc" pour redresser l'économie !

Publié le 30 Janvier 2012

http://www.francetv.fr/info/image/570/320/290207.jpg

 

C'était l'évènement de ce dimanche soir !

 

 

Nicolas Sarkozy s'est exprimé devant les Français sur six chaînes de télévision. L'occasion pour lui de révéler des nouvelles mesures qui seront appliqués cette année notamment le taux normal de TVA qui augmentera le 1er octobre prochain de 1,6 point, passant de 19,6% à 21,2%, et la CSG sur les revenus financiers sera relevée de deux points. On notera qu'il n'a toujours pas révélé sa candidature à la présidentielle de 2012.

 

 

-  Augmentation du droit à construire de 30% dans les trois ans à venir. "Cette mesure va aider le secteur du BTP et permettre de faire baisser les prix".


- Création d'une banque de l'industrie dès février, le chef de l'Etat va créer une banque de l'industrie, filiale d'Oseo. Elle sera dotée d'1 milliard de fonds propres. "Les banques ne prêtent pas assez, ou quand les banques prêtent, elles prêtent trop cher (...) Les établissements de taille intermédiaire qui sont le coeur de l'économie seront associés aux choix de la future banque de l'industrie."


- Quota d'apprentis obligatoire. Le quota d'apprentis en apprentissage dans les entreprises de plus de 250 salariés sera relevé à 5% (contre 4% actuellement).  Le gouvernement vise 800 000 alternants d'ici 2015 et même un million à terme, contre 600 000 aujourd'hui.


- La TVA augmentera de 1,6 point le 1er octobre, passant de 19,6% à 21,2%. "Je ne crois en rien à une augmentation des prix car la concurrence maintiendra les prix".  


- Exonération des charges familiales patronales. Les entreprises bénéficieront d'une exonération totale des charges familiales patronales sur les salaires compris entre 1,6 et 2,1 fois le Smic. 


- Augmentation de la CSG. "Nous considérons avec le Premier ministre qu'il est normal que les patrimoines les plus aisés participent à ce travail".


- Accords de compétitivité-emploi avec les partenaires sociaux pour permettre aux entreprises de s'adapter au marché, ce qui mettrait fin aux 35h.


- Taxes sur les transactions financières pour éviter  les délocalisations. "ll n'y a aucune raison que la finance dérégulée qui nous a conduit dans la situation que nous connaissons ne participe pas au redressement des comptes qu'elle a singulièrement contribué à dégrader. Nous espérons récupérer pour le budget de l'Etat  un milliard d'euros en année pleine".

 

suivez-nous.png logo-facebook-page.png logo-twitter-page.png