Mort sur Koh-Lanta : Un deuxième témoignage vient contredire la version de TF1 !

Publié le 29 Mars 2013

denis-brogniart-et-le-totem-de-l-immunite.jpg

 

 

Après un premier temoignage anonyme publié mercredi soir par le site d'Arrêt sur images (voir notre article), un deuxième vient salir la production Adventure Line et TF1. La station RMC a dévoilé ce matin le récit d'un nouveau temoin qui assure avoir été présent sur le tournage de l'émission. Il dénonce "une série de manquements" et donne plus de détails sur ce qui s'est passé quand le candidat s'est effondré dans le sable, pendant l'épreuve. A ce moment, "le médecin qui suit l'épreuve sur un écran veut intervenir tout de suite, le présentateur Denis Brogniart interroge le candidat qui dit avoir des crampes et selon notre témoin, il ne juge pas une intervention nécessaire, le réalisateur non plus, l'épreuve n'est donc pas interrompue", explique la journaliste de RMC.

 

 

 

Le site PureMédias explique en détails le recit du témoin : "Le candidat gît alors toujours sur le sol mais "au bout de huit à neuf minutes", il demande de l'aide et crie "Appelez un médecin". "Cela s'entend très clairement dans les enregistrements vidéo", affirme la source de RMC. Le médecin intervient alors, huit à neuf minutes après le malaise initial, et penche pour de la déshydratation". Mais ce n'est que 1h30 plus tard que Gérald Babin est finalement transféré, par bateau, à l'infirmerie située sur une île voisine. Là, au cours du transfert, Gérald est victime d'un malaise cardiaque et le médecin demande son transfert par hélicoptère. Là, comme l'indiquait déjà le témoignage publié mercredi soir, l'équipe de production est incapable de retrouver le numéro de la compagnie d'hélicoptère tandis que les talkies-walkies sont en panne... Outre ce récit détaillé des événements, le supposé témoin du drame dont RMC relaie le récit dénonce "une émission qui pousse les limites, (où) on décale l'intervention du médecin au plus tard". Et elle affirme que ce type de tragédie aurait pu se produire sur de précédentes éditions de "Koh-Lanta". "Jusqu'ici, la production a toujours eu de la chance, mais on a frôlé plusieurs fois le drame", conclut le témoin.

 

 

 

Hier, Adventure Line Production annonçait son intention de porter plainte contre le premier temoignage pour diffamation. On ne sait toujours pas si elle compte faire de même pour ce deuxième témoignage !