Michel Sardou : "Avec Nicolas Sarkozy, on ne se parle plus" (vidéo)

Publié le 25 Janvier 2013

http://photo.europe1.fr/infos/michel-sardou-chanteur-930x620/24622937-1-fre-FR/Michel-Sardou-chanteur-930x620_scalewidth_300.jpg

 

 

Michel Sardou était l’invité exceptionnel de Bruce Toussaint ce matin à 7h45 dans "Europe 1 Matin". ll a confié qu'il ne parlait plus à Nicolas Sarkozy qu'il avait soutenu en 2007 :  "Avec Sarkozy, "on ne se parle plus". "J’ai voté blanc la dernière fois. Ses réformes, il fallait qu’il les fasse tout de suite, pas qu’il attende cinq ans, c’est tout. Il les a pas fait, on est dans la merde", a-t-il jugé en ajoutant : "Il s’est pas rendu populaire, il n’a pas su se faire aimer du grand public, du peuple. Et voilà, retour de bâton, Pan!". "J’ai eu une discussion avec lui, on s’est engueulés, on ne se parle plus !"

 

 


Le chanteur s'est ensuite confié sur l’abandon de la tranche d'imposition à 75% : "Belle nouvelle ce matin, il paraît que les 75% on va passer à côté, on va sentir le vent du boulet, seulement. Ce qui me fait chier, c’est que c’était juste l’année où j’étais en tournée, ou là je peux les faire (le million d’euros). Et après pendant trois ans je ne fais plus rien. Il me reste quoi ?", s’est-il interrogé. "Je trouve qu’en France, on est trop taxés. Il faudrait qu’il y ait les impôts et basta. Mais à côté de ça, on vous pique sur le locatif, sur le machin sur l’augmentation de ceci, sur l’augmentation de cela, donc à la fin quand vous mettez tout bout à bout, on vous pique tout, quoi !"

 

 

 

Intérrogé sur le mariage pour tous qui fait débat en France, ce dernier a affirmé : "pourquoi pas" ? Le Pacs était mal foutu, il faut le reconnaître, donc tant qu’à faire…", a affirmé le chanteur avec tout de même quelques réserves : "C’est la cérémonie que je trouve un peu ridicule. C’est-à-dire voir deux mecs en blanc, avec les petits enfants derrière qui jettent des dragées !"

 

 


Partir de la France comme l'acteur Gérard Depardieu ? : "Jamais" ! "Cela dit, je ne me plains pas, il y a des gens beaucoup plus malheureux que moi. Je ne partirai jamais d’ici pour des questions d’argent. J’irais où ? "Qu’est-ce que j’irais foutre en Russie ? Vous avez déjà passé un hiver à Monaco ? Je vous le conseille, vous allez voir, vous allez revenir vite en suppliant de payer vos impôts."