Michael Jackson souffrait de paranoïa, d'angoisse et avait un comportement obsessionnel avant sa mort

Publié le 3 Septembre 2012

photos excuses

 

3 ans après sa disparition, Michael Jackson est toujours au centre des rumeurs. Et si son producteur y était pour quelque chose dans sa mort ? C'est ce que laissent penser les mails dévoilés hier par le Los Angeles Times.

 

 

Ces mails montrent à quel point les hauts responsables de la société de promotion des concerts, AEG, étaient au courant des doutes sur la stabilité de Michael Jackson.

 

 

"MJ est enfermé dans sa chambre, bourré et déprimé. J'essaie de le faire dessaouler" écrit un jour Randy Phillips, directeur d'AEG Live, la branche de concerts d'AEG, à son patron, Tim Leiweke qui réplique alors "Tu plaisantes ? Je lui ai crié dessus si fort que les murs en ont tremblé (...) Il est complètement paumé et paralysé, il se déteste, il est bloqué par les doutes maintenant qu'il faut commencer le show."

 

 

Ce mail est envoyé quelques minutes avant une conférence de presse que devait donner Michael Jackson à Los Angeles. Tim Leiweke affirmait que le roi de la pop était "flippé à mort". C'est à ce moment que les doutes ont commencé à émerger dans la tête de son manager mais c'était un défi pour le chanteur qui devait se produire sur 50 concerts. "On ne peut pas nous forcer à arrêter ça, ce que MJ va essayer de faire car il est paresseux et change en permanence d'avis en fonction de ses envies immédiates". Michael Jackson n'avait pas le choix, il avait signé un contrat.

 

 

Voici donc une preuve que Jackson n'était pas en bonne santé. La société avait indiqué à un médecin, suite à un examen exigé pour la signature du contrat, que la star allait bien. De plus, Kenny Ortega, le metteur en scène, avait affirmé à M. Phillips que Michael Jackson montrait "de forts signes de paranoïa, d'angoisse et de comportement obsessionnel." Mais il n'ira jamais faire de tests psychologiques et sera retrouvé mort dans sa maison de Los Angeles le 25 juin 2009.