Johnny Hallyday : Son interview choc dans le Journal du dimanche

Publié le 5 Septembre 2010

40477, BEVERLY HILLS, CALIFORNIA - Wednesday May 12, 2010. Johnny Hallyday and wife Laeticia Hallyday walk down Robertson Blvd hand in hand before stopping to buy groceries together. The French singer and his wife are seen both donning all black attire. Photograph: Gaz Shirley / Andrew Shawaf, PacificCoastNews.com

Source : rtlinfo.be

 

Johnny Hallyday livre enfin sa version des faits sur son coma à Los Angeles. Dans une longue interview livrée au Journal du dimanche, le chanteur revient sur son cauchemar : "J’étais un homme plein de larmes et il suffisait que quelqu’un me dise ‘Comment vas-tu ?’, et je m’effondrais", dit-il.

 

"Pour la première fois depuis des mois, j'ose regarder en avant", explique Johnny Hallyday. Cette phrase est extraite de la longue confession publiée dans "Le Journal du dimanche", dans laquelle le chanteur revient sur ses problèmes de santé et le "cauchemar qu'il a traversé". Il évoque notamment son mal de dos soigné à l’automne dernier à coups de piqûres de cortisone et d’anti-inflammatoires : "Des doses de cheval", dit-il. Arrivé à Los Angeles, la douleur est atroce, à tel point, précise le chanteur, qu’il se tapait la tête contre les murs et ne dormait plus du tout. Le 7 décembre, à l’heure du déjeuner, il perd connaissance. C’est là que Laeticia le conduit à l’hôpital.

 


Johnny délire : "Papa, viens me chercher"

Placé sous morphine, Johnny commence à délirer. Les médecins lui expliquent qu’il appelle son père, ce père qu’il n’a pas connu et qui l’a abandonné enfant : "Papa viens me chercher", crie Johnny sur son lit d’hôpital. Avec le recul, le chanteur avoue "J’ai pensé à la personne qui m’a le plus manqué et je suis tombé dans un trou noir". Il avoue également avoir recommencé à fumer dans l’hôpital et avoir refusé l’aide d’un psy pour l’aider à surmonter l’épreuve.


Une peur qui lui glace le sang

Lorsqu’il rentre chez lui, une terrible dépression le gagne. "La peur de s’endormir et de ne plus se réveiller, cela me glace encore le sang", dit le chanteur. J’étais à genoux, une position de faiblesse inouïe. J’étais un homme plein de larmes et il suffisait que quelqu’un me dise ‘Comment vas-tu ?’, et je m’effondrais. Je ne me supportais plus. Je murmurais avec une voix de petite fille", raconte-t-il. La star poursuit en expliquant qu’il s’enfermait dans sa chambre pour essayer de parler normalement : "J’ai vraiment pensé que j’étais foutu".


"Laeticia est la dernière femme de ma vie"

Les mots sont forts. Il rend un hommage appuyé à sa femme Laeticia : "Elle m’a sauvé. C’est la dernière femme de ma vie", confie le rockeur. Enfin, Johnny rassure, sa dépression s’éloigne : "Pour la première fois depuis des mois, j’ose regarder en avant. Je me sens renaître, je vais reprendre la route du vagabond du rock et montrer que je suis encore le boss", assure-t-il.