François Hollande sera l'invité de "Capital" dimanche soir en direct sur M6

Publié le 10 Juin 2013

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/tele/news-tele/capital-special-presidentielle-thomas-sotto-recevra-francois-hollande-le-11-mars-3126246/56100076-1-fre-FR/Capital-Special-presidentielle-Thomas-Sotto-recevra-Francois-Hollande-le-11-mars_portrait_w532.jpg

 

 

Dimanche prochain, le 16 juin, le Président de la République François Hollande sera l'invité de Thomas Sotto dans "Capital" sur M6. L'émission sera diffusée dès 20h50 en direct. 

 

 

 

Voici le thème de la soirée : La France en panne : comment faire sauter les verrous ?

 

 

Via M6 : "Faire ses courses le dimanche ? « Pas possible… » Trouver un travail ? « Trop difficile… » Nos entreprises ? « À la traine… » Ces phrases, nous les entendons quasiment chaque jour. Le tableau de l'économie française semble bien sombre. Et pourtant… notre pays a des atouts, de nombreux atouts. Alors qu'est ce qui bloque ? Pourquoi la machine semble coincée depuis tant d'années ? Capital a choisi de vous révéler ce qui paralyse, parfois de façon aberrante, des secteurs entiers de l'économie et comment on pourrait faire sauter de nombreux verrous. Vous allez comprendre pourquoi certains magasins sont ouverts le dimanche et d'autres non. Vous verrez comment certaines entreprises françaises parviennent à gagner le match contre l'Allemagne. Vous découvrirez qu'en s'inspirant, un peu, de nos voisins, on pourrait faire baisser le chômage des jeunes Vous verrez, enfin, que dans la chasse au gaspillage de l'argent public, il existe des moyens de réduire davantage encore les dépenses de l'État. Comment débloquer la France, c'est ce soir dans Capital !"

 

 

 

Ouvert le dimanche ! (ou pas…)

C'est l'un des plus vieux serpents de mer français : le travail le dimanche. Permis ? Pas permis ? Impossible de s'y retrouver. Nicolas Sarkozy était sensé avoir simplifié les choses, c'est encore plus compliqué qu'avant. Aujourd'hui, les positions sont tranchées : certains veulent une libéralisation car cela créerait de l'activité et de l'emploi, d'autres n'en veulent pas pour protéger les salariés. Alors pourquoi ne parvient-on pas à se mettre d'accord sur cette question ? Pourquoi certains commerces sont autorisés à ouvrir le dimanche et pas d'autres ? Vous allez voir comment, en coulisses, des patrons ont décidé de tout tenter pour faire évoluer les choses.

Reportage de Marion Gay

 

 

 

France-Allemagne : comment nos entreprises peuvent-elles gagner le match ?

On les dit « meilleurs » que nous. On nous dit « incapables » de rivaliser avec eux. Qui ? Les Allemands bien sûr ! Ce sont des champions de l'exportation : 1 000 milliards d'euros de produits vendus à l'étranger en 2011. Bien loin de nous ! Pourtant certaines PME françaises ne baissent pas les bras et parviennent même à faire mieux qu´eux. Vous allez voir comment ces entrepreneurs s'y prennent et avec quelles armes ils se battent contre le mastodonte allemand.

Reportage d'Éric Declémy

 

 

Arrêts maladie : la grande gabegie

C'est un sujet tabou en France : il y aurait 200 millions de jours non travaillés dans les entreprises privées. Pire, dans le public, aucune comptabilité n'est tenue ! Et selon un rapport parlementaire, cela couterait 6.3 milliards d'euros chaque année à la sécu. Et cela creuse considérablement les déficits français. Pour beaucoup, ça ne peut plus durer. Mais alors pourquoi personne n'agit vraiment ? Comment récupérer cet argent et éviter que les arrêts maladie abusifs ne coutent des fortunes aux entreprises, aux collectivités territoriales et aux finances publiques.

Reportage d'E. Creutzer

 

 

Chômage des jeunes : la solution autrichienne

C'est le chiffre qui fait mal en France : 26% de chômage de jeunes. C'est d'autant plus inquiétant que d'autres pays eux, ne connaissent pas ce problème. Parmi eux, l'Autriche. Le taux de chômage des 18-25 ans est 3 fois plus bas que chez nous : à peine 8.9, %. Comment est-ce possible ? Le secret : l'apprentissage. En Autriche, 40% des jeunes de moins de 18 ans ont fait le choix d'une formation rémunérée entre l'entreprise et l'école. Du coup, les jeunes Autrichiens ont très peu de difficultés à s'intégrer sur le marché du travail. Et si on faisait la même chose chez nous ? Capital a enquêté sur le « miracle » autrichien.


Reportage de N. Mayaudon