DSK : Deux femmes racontent les soirées chaudes qu'elles ont passé avec lui !

Publié le 20 Décembre 2012

photos-excuses-copie-1.jpg

 

Dans le cadre de l'affaire du Carlton de Lille, une jeune femme témoigne et décrit aux enquêteurs sa courte relation avec Dominique Strauss-Kahn en confiant que l'ancien directeur général du FMI l'avait amenée dans deux clubs libertins avant de la convier à une de ces soirées lilloises qui font tant parler !

 

 

 

Le soir de leur premier rendez-vous lorsqu'il passe la chercher il décide, à la surprise générale de la jeune femme, de l'emmener dans club libertin du 10e arrondissement de Paris puis dans un club libertin sado-masochiste du 17e : "On venait juste de se connaître, on n'avait même pas parlé d'avoir de relation intime. J'étais vraiment surprise qu'il m'emmène dans un endroit pareil", confie-t-elle aux enquêteurs avant de préciser qu'elle a pris ses distances avec lui après ce rendez-vous qui s'est achevé à 5h du matin.

 

 

 

Une ex-conquête témoigne également dans le cadre de l'enquête sur l'affaire de prostitution en rapportant qu'elle a bien connu celui qu'elle décrit comme n'étant pas un grand romantique. Cette jeune femme de 29 ans, qui en avait 24 lorsqu'elle rencontre pour la première fois DSK dans les locaux de la chaîne RMC, raconte qu'elle lui a tapé dans l'oeil lorsqu'il est passé à la station pour une émission politique. Elle précise qu'il est parvenu à obtenir son numéro afin de la revoir. Durant trois ans, DSK lui envoie donc des SMS jusqu'à ce qu'elle accepte, en octobre 2010, de le revoir pour espérer décrocher un travail dans la communication : "J'acceptais de coucher avec lui dans l'espoir qu'il me trouve un job intéressant", reconnaît-elle devant les enquêteurs. Malheureusement, lorsqu'elle est conviée dans un hôtel de luxe lillois quelques jours plus tard, elle réalise que la soirée dont on lui avait parlé est finalement plus chaude que prévue : "Au cours des ébats, ce qui m'interpellait, c'est la manière dont se passaient les relations. C'était de l'abattage. Le comportement des filles ce soir-là m'avait amené à penser qu'il s'agissait de prostituées", affirme-t-elle.

 

 

 

suivez-nous  facebook-01-copie-1.png   twitter-01.png