Droit de réponse de Passi au "Parisien" à la demande de son attachée de presse

Publié le 21 Mars 2013

PASSI-ERE-AFRIQUE-COVER.jpg

Pochette de l'album "Ere Afrique" qui sortira le 27 Mai 2013

 

 

Ce jeudi matin, Exclusifpeople relayait une information du quotidien "Le Parisien" qui s'est entretenu avec le rappeur Passi à l'occasion de la sortie de son autobiographie "Explication de textes". La star de 40 ans confiait à nos confrères : "J'en ai toujours eu envie. Et puis, avec la musique, certains de mes textes n'étaient pas compris. C'était l'occasion de s'expliquer".

 

 

 

Dans ce livre, Passi revient sur un évènement marquant de sa vie, lorsqu'il a participé à un meurtre au milieu des années 90, une année où il y avait "beaucoup d'armes en banlieue" : "Quand on était dans une bagarre, on était armés. On s'est rendu compte de cela quand quelqu'un est tombé devant nous. Là, on n'était plus dans la jeu", a-t-il déclaré. Pour avoir été mêlé au crime, il a en effet fait six mois de prison.

 

 

 

Suite à la publication de cet article dans "Le Parisien" avec un sous titre présentant les mots associés, fort en sens (meurtre et prison), qui sortis du contexte dénigrent, et nuisent à l’image de l'artiste, alors que cette histoire qui date qu'il y a 20 ans a abouti sur un non lieu, son attachée de presse nous a fait parvenir un droit de réponse adressé au "Parisien" que nous acceptons de publier sur Exclusifpeople.com :

 

 

 

"Suite à l’article paru ce 20 mars 2013 dans LE PARISIEN,
à l’occasion de la sortie du livre “EXPLICATION DE TEXTES” de notre artiste PASSI (editions fetjaine / la Martinière) nous souhaitions apporter notre droit de réponse.
Le sous titre de l’Article présente des mots associés, fort en sens (meurtre et prison) qui sortis du contexte dénigrent, et nuisent à l’image de notre artiste. Ce Titre évoque le début d’une histoire sans en dévoiler le dénouement ; il parle ici d’une histoire vécue il y a 20 ans qui a abouti sur un NON LIEU ! Notre artiste n’a jamais été ni accusé, ni inculpé pour Meurtre !

 

 


Cette mise en avant d’un fait de quelques pages sur les 330 pages que contiennent le livre peuvent faire un scoop dans la presse à scandale (comme le prouvent depuis les parutions en cascade, qui se plaisent dans l’exercice de la surenchère de la fausse information).
Mais s’attarder à cette fausse information, c’est oublier que dans sa jeunesse notre artiste avait déjà totalement été innocenté. La rédaction du Parisien invoque une erreur technique pour justifier l'oubli de cette précision importanteQuelle erreur ! Quel impact sur notre Artiste à la veille de la parution de son livre et de son nouvel album !

 


Ne passons pas sous silence 20 années de carrière de travail acharné, 20 années passées à offrir des tubes magistraux “je zappe et je mate”, “laisse parler les gens”, “Bisso Na bisso” succès planétaire salué par Nelson Mandela et Mickael Jackson en personne, “le temps passe” avec Johnny Hallyday et “Face à la mer” avec Calogéro ...  20 Années passés au service de la plume et de l’image, mais aussi de projets humains jetant un véritable pont entre la France et L’ Afrique, entre l’opinion publique et la banlieue...
20 années où Passi a su montrer qu’il était au dessus de tout soupçon : un des acteurs principaux de notre culture musicale française.

 

 


 
Son équipe aujourd’hui se tient solidaire autour de lui, afin que soit publié ce droit de réponse, au nom du droit de la vraie information. Le pire, c’est que cette contre vérité est dommageable pour l’environnement familial et personnel de l’artiste. Et pourtant le mal est fait !

 


L’album « Ere Afrique » sortira le 27 Mai 2013"

 

 

"Le Parisien" a publié un ERRATUM dans son édition de ce jeudi 21 mars 2013, précisant que Passi n'avait "pas évidemment été condamné pour meurtre".

 

 

Passi-Le-Parisien-ERRATUM-21-Mars-2013.jpg