Décès d'Eric Charden du duo "Stone et Charden"

Publié le 29 Avril 2012

http://s1.lemde.fr/image/2012/04/29/540x270/1692833_3_eb9b_eric-charden-avec-stone-a-l-olympia-le-29_7e635b0712ac1d1b3d96ccd1bb0d5541.jpg

 

On l'a appris ce dimanche matin par le biais de son service de presse dans un communiqué, la mort du chanteur Eric Charden, connu pour le célèbre duo des années 70 Stone et Charden, à l'âge de 69 ans.



 

Son premier succès, Eric Charden le connaît en 1967 avec "Le monde est gris, le monde est bleu". Il est alors poussé par Annie Gautrat qui n'est pas encore Stone (un pseudonyme qu'elle doit à sa coiffure qui ressemble alors à celle du guitariste des Rolling Stones, Brian Jones), mais déjà Miss Beatnik. Il écrit pour elle : "Baby Stone" ou encore "Vive la France". Ces titres ont un certain retentissement, davantage en tout cas que ses reprises des Beatles ou des Beach Boys. Eric Charden, réticent au départ, accepte finalement l'idée d'un duo, soumise par des amis. "Le seul bébé qui ne pleure pas" est une première chanson commune ; elle figure sur un album de Stone. L'essai transformé, Eric Charden s'essaye à une valse avec "l'Aventura". La chanson est sur toutes les lèvres en 1971... la légèreté et le romantisme qu'elle dégage séduisent. Le couple s'engouffre dans la brèche en 1972 avec "Il y a du soleil sur la France" et "Le prix des allumettes". L'année suivante, c'est "Laisser aller la musique", "L'amour, pas la charité" et naturellement le titre estampillé "Made in Normandie".

 

 



Eric Charden, qui renvoie avec Stone l'image d'un couple, aussi épanoui qu'adulé, n'en oublie pas moins sa carrière solo. Un an après "Made in Normandie", il revient avec le disque "14 ans, les gauloises", suit une comédie musicale en 1975. "Mayflower", crée avec Guy B ontempelli et qui rassemble Patrick Topaloff, Gilles D, Grégory Ken (duo Chagrin d'amour) et Stone, remporte un vif succès. Finalement, le couple se sépare mais poursuit son association musicale, notamment avec "Tous les oiseaux sont des avions", avec leur fils Baptiste en 1978. En 1979, la réussite ne quitte pas l'artiste qui enchaîne avec le générique du dessin animé "Albator" et la chanson "L'été s'ra chaud". Il revienda au dessin animé avec "San Kukaï" en 1980 (en association, comme "Albator" d'ailleurs, avec Didier Barbelivien). 

 

 


Au début des années 80, le succès s'essouffle quelque peu. Pour revenir sur le de vant de la scène, Eric Charden propose d'abord un nouveau duo avec Stone "Mon père qui chantait" (1983) puis une réorchestration du "Monde est gris, le monde est bleu" (1995) et une nouvelle version de "L'été s'ra chaud" (2003).

 

 

 


Tout en continuant d'écrire pour les autres, dont Marie Laforet, Eric Charden revient en 2003 avec, contre toute attente, un livre "La baraque au néon". En 2006, il signe une compilation qui regroupe ses plus grands succès, suivie d'une tournée à laquelle il participe l'année suivante, "Âge tendre et Têtes de bois".

 

 

 

Source : Nostalgie.fr

 

 


suivez-nous.png
 logo-facebook-page.png logo-twitter-page.png