David Pujadas : Agressé avec une laisse devant France Télévisions

Publié le 5 Juillet 2010

http://medias.lepost.fr/ill/2010/07/03/h-20-2139282-1278159453.jpg


Le 30 juin dernier vers 21h30, David Pujadas s'est fait agressé par un groupe d'individus alors qu'il quittait les bureaux de France Télévisions. Un groupe s'est approché du journaliste, l'a recouvert de confettis, lui a passé une laisse autour du cou avant de sortir des bombes de peinture pour repeindre le scooter sur lequel il devait monter pour repartir.


Sur le Post, le journaliste Bruno Roger Petit raconte cet incident, voici un extrait :


-"Le site « Plan B »,  se flatte d'avoir vu décerné à David Pujadas, le présentateur du 20 Heures de France 2, une « laisse d'or », distinction présentée ainsi par ses créateurs anonymes : « L’objet, composé d’un collier en métal robuste et d’une lanière en cuir véritable, avait été acheté le jour même dans une quincaillerie parisienne et enduit d’une fine mais alléchante couche de peinture dorée."

-"En décernant ce kit au présentateur du "20 heures" de France 2, les organisateurs entendaient récompenser le "journaliste le plus servile". 


-"Le 30 juin 2010 vers 21 h 30, alors que le présentateur du journal télévisé de France 2 David Pujadas quittait les bureaux de France Télévisions, un groupe surgit d’un arrêt de bus pour le couvrir de confettis et lui enrouler sa laisse autour du cou. [...] Pujadas prend alors ses jambes à son cou pour s’engouffrer dans l’immeuble de France Télévisions, où le sas de sécurité le retient une bonne trentaine de secondes, le temps pour l’assistance de se disperser".


-"Cette séquence devrait figurer dans le nouveau film de Pierre Carles."

-"Tout est insupportable dans cette agression (désolé, il faut bien appeler les choses par leur nom) : l'acte lui-même (quel courage que de tendre un guet-apens à plusieurs) la narration de l'acte (avec l'allusion à la petite taille de la victime, comme s'il s'agissait d'un sous-homme, donc c'est un être indigne), le choix d'une laisse (cet homme est un chien, donc c'est un être indigne)".

-"Cette action est violente, appelle la violence, incite à la violence, elle est donc intolérable. Et demain ? D'autres grands dénonciateurs des 
médias aux ordres estimeront-ils juste de couvrir Pujadas de goudron et de plumes ? Et après Pujadas ? A qui le tour ?" 


http://medias.lepost.fr/ill/2010/07/03/h-20-2139281-1278159418.jpg

 

Source Photos : Le Plan B